06.09.2016 La «nouvelle» AI: passerelle et accompagnement

Forum Stefan Ritler. De la naissance à la retraite, l’assurance-invalidité est une assurance fiable contre certains risques sanitaires et des pertes de gain dues à des problèmes de santé. Les dernières révisions ont été l’occasion d’étoffer l’offre pour améliorer la capacité d’insertion de personnes atteintes dans leur santé. Les résultats d’actuelles évaluations montrent qu’elle est sur la bonne voie pour atteindre ce but. Le rapport «Santé mentale et emploi: Suisse» (2014) de l’OCDE a également montré clairement que la Suisse est exceptionnellement bien placée dans les domaines des soins de santé, de la formation, de la souplesse du marché de l’emploi et des assurances sociales. Toutefois, l’OCDE pointe du doigt un potentiel d’optimisation dans la coordination entre les domaines mentionnés et dans l’aide aux jeunes et aux personnes atteintes dans leur santé mentale.

Photos La «nouvelle» AI: passerelle et accompagnement

TODO CHRISTIAN

La prochaine réforme de l’AI tient compte de ces sujets. Les réponses au projet mis en consultation sont en cours d’évaluation et le message à l’intention du Conseil fédéral en préparation. L’objectif de la réforme est d’apporter un soutien adéquat et coordonné aux enfants, aux adolescents et aux assurés souffrants de troubles psychiques afin d’exploiter leur potentiel de réinsertion et d’améliorer leur aptitude au placement. Le modèle de la ligne de vie doit servir pour illustrer la coordination des acteurs impliqués dans les différentes phases de la vie.   

Chez les enfants, c’est généralement une infirmité congénitale qui conduit à une annonce à l’AI et à des mesures médicales. La réforme prévoit la mise à jour de la liste des infirmités congénitales reconnues. De plus, la gestion des cas et le traitement adéquat au moment des transitions entre école (préscolaire/scolaire), formation professionnelle et monde du travail seront améliorés. Ainsi, la collaboration entre les médecins traitants, l’école et l’assurance sera renforcée et l’enfant mieux soutenu.

Pour les adolescents et les jeunes souffrant de maladies psychiques, l’objectif est de faciliter, avec le soutien coordonné de tous les acteurs impliqués, la transition entre école, formation professionnelle et monde du travail, selon la devise «pas de diplôme sans passerelle vers d'autres formations». Ce soutien actif et coordonné est un facteur de succès essentiel pour une formation adéquate et pour l’insertion professionnelle.  

Pour les personnes atteintes dans leur santé psychique, quel que soit leur âge, la détection précoce est, avec la gestion du cas orientée objectif, un facteur de réussite déterminant. L’AI envisage d’assouplir les mesures d’insertion existantes pour tenir compte de l’évolution parfois très fluctuante des maladies psychiques. Il s’agit d’accompagner le traitement médical par un conseil et un suivi fiables et adaptés aux besoins de la personne.   

L’objectif du développement continu de l’AI est d’encourager les ressources des personnes atteintes dans leur santé afin de leur permettre de prendre un bon départ dans le marché du travail et, dans l’idéal, de pouvoir gérer elles-mêmes leur vie. L’AI a bien conscience que la réalisation de ces objectifs dépend de la collaboration de tous les acteurs impliqués et qu’elle ne peut y parvenir toute seule.     

Stefan Ritler
Vice-directeur Office fédéral des assurances sociales OFAS,
responsable du domaine Assurance-invalidité

Nach oben