30.06.2017 Se faire vacciner pour protéger les autres

Protection vaccinale. La vaccination est tout d’abord une mesure de protection individuelle. Mais elle a également deux autres fonctions : protéger ses proches et la population en général.

Photos Se faire vacciner pour protéger les autres

TODO CHRISTIAN

La vaccination est un moyen de protection individuelle. C’est aussi un acte important pour protéger les personnes de son entourage qui, pour des raisons médicales, ne peuvent pas se faire vacciner ou dont la protection vaccinale est (encore) insuffisante (nourrissons et personnes atteintes d’une déficience immunitaire, notamment). Elle répond également à un intérêt public : lorsqu'une partie suffisante de la population est vaccinée, les individus sont protégés, même ceux qui n’ont pas développé d’immunité. Les agents pathogènes ne peuvent plus se propager ; on parle alors d’immunité de groupe. Au final, cette mesure peut contribuer à l’éradication de certaines maladies. Se faire vacciner va donc dans le sens de l’intérêt du bien commun.

Une moins bonne prise de conscience des risques

On a tendance à oublier que des maladies redoutables comme la poliomyélite Se faire vacciner pour protéger les autres et la variole ont été éliminées grâce à la vaccination. Nombreux sont ceux qui n’ont jamais eu à en subir les conséquences. La crainte des effets secondaires du vaccin, qui sont pourtant rares, est parfois plus grande que la peur des maladies elles-mêmes. Pourtant, toute une série de maladies infectieuses, qui seraient évitables par la vaccination, entraînent, aujourd’hui encore, de graves complications.

Sensibiliser et protéger ses proches

Avec sa campagne de promotion de la vaccination, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) souhaite interpeller davantage les proches de personnes à risque et les inciter à se faire vacciner.

Deux exemples illustrent son action : 

_ La campagne lancée en 2016 avec le slogan « Ma vaccination. Ta protection. » est destinée aux jeunes parents. Elle vise à inciter ceux qui ne sont pas immunisés à se faire vacciner contre la rougeole et la coqueluche, deux maladies infectieuses très contagieuses, qui peuvent entraîner de graves complications chez les nourrissons, dont le très jeune âge ne leur permet pas d’être vaccinés. Toute personne faisant partie de l’entourage d’un enfant devrait donc faire contrôler son statut immunitaire et, au besoin, rattraper les vaccins nécessaires.

_ L’OFSP élabore actuellement une brochure destinée spécifiquement à l’entourage des personnes pour lesquelles la vaccination contre la grippe est recommandée. Pour bon nombre de personnes en Suisse, la question de la vaccination contre la grippe ne se pose pas, car elles ne présentent pas de risque accru de complications. Pourtant, nombreuses sont celles qui sont en contact étroit avec des parents ou des grands-parents. Et, en cas de grippe, les adultes de 65 ans et plus font partie du groupe à risque de complications le plus élevé. Ils réagissent moins bien au vaccin, car leur système immunitaire est plus fragile. Les complications peuvent alors entraver durablement leur autonomie et leur mobilité. En se faisant vacciner, leurs proches pourront leur éviter de graves complications.

Links

Contact

Andrea Valero, section Prévention et promotion, andrea.valero@bag.admin.ch

Nach oben