07.07.2017 Promotion de la santé psychique dans les écoles

Rapport. En Suisse, environ 10 % des enfants et des adolescents souffrent d’un trouble psychique et près de 20 % présentent des anomalies dans la manière de percevoir les choses et sur le plan du comportement. Comment l’école et les enseignants peuvent-ils agir pour promouvoir la santé psychique des enfants et des adolescents ? Quel soutien souhaitent-ils recevoir ? Quelles sont les actions déjà entreprises ? Quelles offres sont proposées aux écoles ? Un groupe de travail créé dans le cadre du programme « éducation + santé Réseau Suisse » répond, entre autres, à ces questions et a publié treize recommandations dans un rapport.

Photos Promotion de la santé psychique dans les écoles

TODO CHRISTIAN

Photo: iStock

Analyse des mesures nécessaires pour promouvoir la santé psychique en Suisse

LES CINQ ENSEIGNEMENTS PRINCIPAUX


  1. En Suisse, environ 10 % des enfants et des adolescents souffrent d’un trouble psychique et près de 20 % présentent des anomalies sur le plan de la communication et du comportement.
  2. L’année précédant l’enquête, 75 % des écoles interrogées avaient mis en place au moins une offre ou une activité visant à promouvoir la santé psychique. 9 % d’entre elles ont développé quatre offres et activités, voire davantage. Les avis divergent fortement lorsqu’il s’agit de définir ce qui contribue à promouvoir la santé psychique dans les écoles.  
  3. Dans ce domaine, mais également dans celui de la détection et de l’intervention précoce, les enseignants peuvent bénéficier du soutien déterminant de médiateurs scolaires. 
  4. Par ailleurs, les cantons et les organisations actives à l’échelle nationale et dans les régions linguistiques mettent à la disposition des écoles de nombreuses offres et activités axées en majeure partie sur la prévention comportementale. Parallèlement, toujours au niveau comportemental, les écoles mettent en place leurs propres mesures en matière de participation et de cohésion.  
  5. Les approches probantes sont nombreuses dans les écoles suisses. Des progrès restent toutefois à réaliser concernant l’information sur les possibilités existantes, la perception commune des problématiques liées au domaine et le développement de certaines formes de soutien.

Links

Contact

Dagmar Costantini, section Promotion de la santé et prévention,

Nach oben