01.09.2014 L’évolution de l’épidémie de VIH/sida sous surveillance internationale

Rapport UNGASS. Les Nations Unis convoquent une conférence internationale pour 2015 afin d’analyser les progrès accomplis dans la mise en œuvre des objectifs du Millénaire dans la lutte contre le VIH/sida et décider de la suite à donner à l’après-2015. Le système de monitorage mis en place à cet effet intègre également les résultats atteints en Suisse.

Photos L’évolution de l’épidémie de VIH/sida sous surveillance internationale

TODO CHRISTIAN

En 2001, des chefs d’États et des représentants de gouvernements se sont réunis à New York pour la Session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies (UNGASS) consacrée au VIH/sida. Il s’agissait de concrétiser, pour ce qui est du VIH/sida, les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) adoptés lors du Sommet du Millénaire en septembre 2000, également à New York. La Déclaration de 2001 a été suivie par deux autres, en 2006 et 2011, qui l’ont complétée et actualisée, afin d’intensifier notablement l’accès universel à la prévention du VIH, au traitement, à la prise en charge et au soutien.  
Les Nations Unies convoquent une conférence internationale en 2015 pour analyser les progrès accomplis dans la mise en œuvre des OMD et pour décider de l’après-2015. Un système de monitorage a été mis en place à cet effet. La responsabilité du processus, décrit dans l’OMD 6 «Combattre le VIH/sida, le paludisme et d’autres maladies» a été confié à l’ONUSIDA qui reçoit tous les deux ans les rapports des États membres dont elle analyse les données afin de préparer un rapport global sur la situation de la lutte contre le VIH/sida (voir lien ci-dessous).  

Adaptation à la situation européenne
Depuis le début de ce processus, il est toutefois apparu évident que les indicateurs pertinents pour une région ne le sont pas nécessairement pour une autre. Pour cela, à la suite de la Déclaration de Dublin de 2004, un processus de monitoring régional européen, confié au European Center for Disease Prevention and Control (ECDC), institution de l’Union Européenne basée à Stockholm, mais comprenant dans son analyse tous les pays de la zone Europe de l’OMS, a également été mis en place.

Les éléments du monitorage
Ce double processus de monitoring comprend autant des éléments quantitatifs, avec une série d’indicateurs, que des éléments qualitatifs avec des questionnaires envoyés aux Etats d’une part et aux représentants de la société civile de l’autre. Cela est complété par un rapport descriptif qui permet aux Etats de mettre en évidence les éléments qui ne rentrent pas nécessairement dans les questionnaires, tels que notamment des exemples de « best practices » dans le domaine de la prévention. D’importants efforts de coordination ont également été mis en place par UNAIDS et ECDC afin de mieux coordonner les indicateurs UNGASS et ceux de Dublin et afin d’éviter des processus de rapports parallèles.

Avec les résultats recueillis en 2012, ECDC a publié aussi une série de rapports thématiques, accompagnés de «evidence brief», qui présentent la situation spécifique de certains groupes, tels que les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, les consommateurs de drogue par injection, les migrants, les travailleuses et travailleurs du sexe, les personnes incarcérées, etc. (voir lien ci-dessous).

La contribution de la Suisse
La Suisse participe depuis le début à ce système de monitoring et les Rapports de suivi suisses sont disponibles en ligne. Ces rapports successifs, donnent une présentation sommaire de l’état de l’épidémie dans notre pays, ainsi que de la réponse nationale. Nos rapports mettent en avant les bonnes pratiques ou les meilleures expériences dans le domaine de la prévention, avec un accent sur les projets les plus innovateurs, mais soulignent également les défis qui subsistent encore au niveau de notre réponse nationale.

Links

Contact

Luciano Ruggia, section Prévention et promotion, luciano.ruggia@bag.admin.ch

Nach oben