09.05.2016 Symptômes grippaux après des rapports non protégés? Consulter un médecin sans tarder!

Campagne «LOVE LIFE», printemps 2016 Après avoir été infectées par le VIH, de nombreuses personnes présentent, durant les premières semaines, des symptômes semblables à ceux de la grippe: fièvre, sensation d’épuisement, sueurs nocturnes, ganglions enflés, maux de gorge ou éruption cutanée. Par conséquent, il convient de respecter la règle suivante: un patient présentant des symptômes semblables à ceux de la grippe après un rapport non protégé avec une personne dont on ne sait pas si elle est infectée par le VIH doit consulter immédiatement son médecin. Tel est le message principal de la campagne «LOVE LIFE» qui a été lancée début mai.

Photos Symptômes grippaux après des rapports non protégés? Consulter un médecin sans tarder!

TODO CHRISTIAN

Photos Symptômes grippaux après des rapports non protégés? Consulter un médecin sans tarder!

TODO CHRISTIAN

Photos Symptômes grippaux après des rapports non protégés? Consulter un médecin sans tarder!

TODO CHRISTIAN
Photos

La campagne actuelle fait écho à celle menée en automne 2015. Des spots télévisés, des bannières en ligne et des spots courts diffusés sur les tableaux électroniques des grandes gares et au retrait des bagages dans les aéroports de Zurich et de Genève résument parfaitement le message principal: un patient présentant des symptômes semblables à ceux de la grippe après un rapport non protégé doit consulter immédiatement un médecin. Et les spots courts diffusés sur les tableaux électroniques des aéroports ont pour but de sensibiliser le principal groupe-cible des voyageurs à ce sujet. En effet, de nombreuses infections ont lieu à l’étranger, et la majorité des personnes infectées sont des hommes. Et si ces hommes ont une partenaire régulière, elle risque également de se faire contaminer.

Film explicatif sur la primo-infection

Parallèlement aux mesures existantes, un nouvel élément est également lancé: le film explicatif sur la primo-infection au VIH disponible sur le site Internet www.lovelife.ch. Par primo-infection, on entend les premiers jours et semaines suivant une infection au VIH. Durant cette période, la charge virale et l’infectiosité des personnes concernées sont beaucoup plus importantes que par la suite. En début d’infection, le système immunitaire n’ayant pas encore formé d’anticorps, le VIH peut en effet se propager librement. Et lorsqu’une personne qui vient d’être contaminée, mais qui ne le sait pas encore, a un rapport non protégé durant cette période, ses partenaires sont particulièrement exposés. L’apparition de symptômes grippaux peut être un signe de primo-infection: il faut alors consulter son médecin sans tarder.

Faire appel aux médecins, pharmaciens et droguistes

Cette campagne ne s’adresse pas uniquement à la population, mais aussi à tous les spécialistes qui sont consultés en premier recours en cas de symptômes grippaux. Outre les médecins, il s’agit également des pharmaciens et des droguistes. Ces derniers jouent un rôle de premier plan: en cas de symptômes grippaux, ils se doivent d’indiquer au patient les risques de primo-infection et leur conseiller, le cas échéant, de faire un test de dépistage du VIH ou de consulter leur médecin pour clarifier la situation. Si le test est positif, un traitement immédiat peut en effet contribuer à limiter les dégâts de l’infection au VIH et à permettre au système immunitaire de mieux contrôler la maladie à long terme. Des posters et des autocollants pour magazines sont disponibles afin de sensibiliser les clientes et clients des bureaux de conseil et des agences ainsi que les patientes et patients des cabinets médicaux au thème de la primo-infection. Les médecins disposent également d’une fiche d’information et d’un guide d’entretien concis sur la primo-infection.

Troisième règle du safer sex avec complément

La campagne a été complétée en conséquence par une troisième règle du safer sex pour le VIH: «3. Démangeaison, écoulement, douleurs au niveau des parties génitales ou symptômes grippaux après des rapports non protégés? Consulter un médecin sans tarder.» Les deux premières règles sont les suivantes:

1. Pénétration - toujours avec une capote (ou un préservatif féminin).

2. Pas de sperme ni de sang menstruel dans la bouche; ne pas avaler de sperme ni de sang menstruel.

Contact

Norina Schwendener, section Campagnes, norina.schwender@bag.admin.ch  

Nach oben