01.03.2014 Bon départ pour le «Réseau Santé Psychique Suisse»

Évaluation. Le «Réseau Santé Psychique Suisse» (RSP) créé en décembre 2011 a fait l’objet d’une évaluation qui tire un bilan largement positif. De légères corrections sont prévues pour les deux années à venir ainsi qu’une augmentation des ressources.

Photos Bon départ pour le «Réseau Santé Psychique Suisse»

TODO CHRISTIAN

L’évaluation effectuée par l’Université de Zurich confirme que la création du Réseau a trouvé un écho très positif. Bien qu’il existe depuis peu de temps, le Réseau Santé Psychique Suisse, issu du réseau «Alliance contre la dépression» fondé en 2005, a déjà noué de nombreuses relations. En regroupant des organisations, des institutions et des entreprises qui s’engagent dans le domaine de la santé psychique, le Réseau s’est fixé pour objectif d’associer l’approche essentiellement curative de l’Alliance à des concepts de promotion de la santé. Le RSP ne met lui-même aucune mesure en œuvre mais veille au transfert des connaissances, à l’échange d’expériences et d’informations entre les organisations membres. Les organisations responsables sont la Conférence suisse des directrices et directeurs cantonaux de la santé (CDS), Promotion Santé Suisse, l’Office fédéral des assurances sociales (OFAS), le Secrétariat d’État à l’économie (SECO) et l’Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Éloge pour l’approche intégrative
La stratégie du Réseau qui consiste à associer des approches curatives et de promotion de la santé, à promouvoir la collaboration intersectorielle ainsi que la mise en réseau et à encourager les échanges entre spécialistes, semble répondre à un besoin important. Ces objectifs sont bien accueillis par presque toutes les organisations interrogées, y compris par les représentants des organismes responsables et du groupe d’experts qui soulignent la pertinence de ce concept integré.

Bon écho pour les services
Les activités thématiques du Réseau ne sont pas non plus remises en question et sont appréciées par toutes les personnes interrogées. Les organisations du domaine connaissent en général bien les prestations et les offres du Réseau – plate-forme web, rencontre du réseau, newsletter, liste de destinataires pour les alliances contre la dépression et services de consultation – et y font fréquemment appel. L’enquête en ligne montre que près de 90% des 213 personnes interrogées accordent une valeur très positive à la journée du Réseau, à la plate-forme web et à la newsletter et considèrent ces offres comme utiles pour leur organisation.

Optimiser l’organisation
La structure organisationnelle du Réseau présente néanmoins un certain potentiel d’optimisation. La mise sur pied d’une responsabilité multisectorielle (CDS, OFAS, SECO, OFSP et Promotion Santé Suisse) est, certes, considérée comme une étape importante, mais des difficultés pourraient apparaître quant au double rôle stratégique et spécialisé du comité de pilotage, ainsi qu’à l’intégration adéquate de tous les partenaires sur le plan thématique. Tous les organismes responsables ne parviennent pas dans la même mesure à établir de lien entre, d’un côté, la stratégie et l’orientation thématique du Réseau et, de l’autre, leur propre mandat. Il reste encore des points à éclaircir et des divergences à résoudre concernant la fonction et le statut du groupe d’experts.  
L’évaluation a également montré que le cahier des charges du Réseau est trop lourd au regard des ressources disponibles.

Prolongation jusqu’en 2016
Sur la base de l’évaluation, les organismes responsables ont décidé de maintenir l’orientation fondamentale du Réseau et de conserver le niveau de prestations proposé jusqu’ici. Diverses recommandations du rapport d’évaluation sont mises en œuvre à cet effet: augmenter les ressources; examiner la structure des membres et, le cas échéant, recruter des acteurs manquants; définir des points clés en adéquation avec le document stratégique du Conseil fédéral «Santé2020» dans les domaines «Santé psychique et travail/vie active» ainsi que «Santé psychique des enfants et des adolescents»; et, enfin, multiplier les demandes de retour d’information de la part du groupe d’experts et des organisations membres. Au niveau organisationnel, les rôles du Comité de pilotage et du groupe d’experts nécessitent d’être clarifiés pour garantir le travail du Réseau et son bon fonctionnement à l’avenir. Le contrat de collaboration des organismes responsables, adapté en conséquence, est prolongé jusqu’en 2016.

Troubles psychiques en Suisse

Le rapport national sur la santé 2012 publié en février par l’Office fédéral de la statistique (OFS) montre que 18% de la population suisse souffrent de contraintes psychiques qui entravent leur qualité de vie. D’après le rapport, le taux de traitement chez les personnes touchées est faible. Seule une personne sur quatre atteinte de dépression a recours à un traitement. 17% des actifs occupés sont toujours ou le plus souvent stressés au travail et 44% le sont parfois.

Links

Contact

Petra Zeyen, Direction du projet d’évaluation à l’OFSP, Service Evaluation et recherche, petra.zeyen@bag.admin.ch

Nach oben