01.05.2012 Médecins de famille, acteurs importants de la santé publique

Collaboration OFSP/Médecins de premier recours. Les médecins de famille jouent un rôle prépondérant dans la médecine de premier recours. En contact quotidien avec une clientèle hétérogène, ils prennent pour ainsi dire le pouls de la santé de la population suisse et peuvent l’influencer de manière déterminante. La division Maladies transmissibles de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) conduit plusieurs projets communs avec les médecins de famille. Le système de déclaration Sentinella et la Journée nationale de vaccination contre la grippe en sont deux exemples.

Photos Médecins de famille, acteurs importants de la santé publique

TODO CHRISTIAN

Sentinella


Système de déclaration pour les maladies transmissibles
Depuis 1986, le système de déclaration Sentinella remplit une mission importante de récolte de données épidémiologiques, de surveillance des maladies transmissibles et autres affections aiguës dans la médecine de famille. Quelque 150 à 250 médecins de premier recours, recrutés parmi les généralistes, les internistes et les pédiatres, déclarent des consultations en lien avec des maladies transmissibles, trop fréquentes pour faire l’objet d’une enquête complète. Ces maladies transmissibles peuvent être d’une grande importance pour la santé publique (p. ex. l’influenza), ou être soumises à un objectif de prévention (p. ex. les oreillons ou la coqueluche). Mais le système Sentinella saisit aussi des informations sur les maladies non transmissibles. Cette année par exemple, le recensement portera sur les consultations de patient-e-s affecté-e-s par la grippe saisonnière, les oreillons, la coqueluche, l’otite moyenne et la pneumonie (étude sur la résistance aux antibiotiques), les piqûres de tiques et la borréliose, les troubles déficitaires de l’attention/hyperactivité (ADHS) ainsi que sur toutes les prescriptions d’antibiotiques.

Comment le système est-il organisé?
Le programme de déclaration Sentinella est établi chaque année par une commission ad hoc sous la direction de Charles Dvorˇák (médecin de famille à Vallorbe). Cette commission se compose pour l’essentiel de médecins déclarants, de représentants de la division des maladies transmissibles et de divers instituts universitaires. Les cabinets médicaux déclarants fournissent chaque semaine des informations sous forme anonyme à la section Systèmes de déclaration de la division Maladies transmissibles où les données sont analysées. Les informations proviennent de l’anamnèse. Outre ce monitorage, le réseau Sentinella permet également d’enquêter ponctuellement auprès du collectif de déclaration et de l’intégrer dans les études de suivi.  

Maladies non transmissibles
Depuis toujours, Sentinella est également ouvert au recensement de maladies non transmissibles, ce qui lui permet de mettre en réseau la médecine de premier recours et des acteurs PH en dehors des maladies infectieuses. Par ailleurs, le système est exemplaire en matière de collaboration des acteurs dans la prévention et les soins de bases à partir de données communes. Un exemple: l’enquête «Obésité et troubles du comportement alimentaire» en 2008 s’était concentrée sur les besoins et le rôle des médecins de famille afin d’utiliser les résultats ultérieurement lors de la planification d’offres de prévention développées et disponibles  également en dehors du réseau Sentinella.

Les limites de Sentinella
Sentinella sert principalement à la surveillance de l’influenza, au centre du système. Il se prête moins à la surveillance de maladies plus longues ou chroniques car il ne saisit pas les consultations de patient-e-s sur la durée totale de traitement. Les enquêtes de Sentinella se concentrent avant tout sur le recours et le rôle des médecins de famille. Malgré ces bémols, Sentinella reste un système précieux: c’est en effet le seul instrument de recensement perspicace à l’échelle suisse, de la médecine de premier recours.

Nouveaux défis
La médecine de premier recours ambulatoire est en forte mutation. Toujours plus de médecins (hommes et femmes) travaillent à temps partiel et dans des cabinets de groupe. Dans le passé, les déclarations provenaient du «médecin Sentinella», aujourd’hui, elles viennent des «cabinets Sentinella». L’augmentation des consultations par téléphone, des centres ambulatoires et des permanences créés justement en régions urbaines continuera à modifier Sentinella qui devra aussi relever le défi de la cybersanté (eHealth). Avec l’échange continu de données électroniques exigé entre les acteurs de la santé, le système Sentinella devra adapter ses interfaces et la codification des données médicales. Les solutions viendront du large soutien dont bénéficie le réseau et des contacts établis, comme ceux avec le projet FIRE de l’institut de médecine de famille à Zurich.

Journée nationale de vaccination contre la grippe


Vaccination sans rendez-vous
Hippocrate le disait déjà: «Mieux vaut prévenir que guérir». Ce postulat s’applique toujours à de nombreuses maladies. Les médecins de premier recours fournissent, notamment par des mesures de prévention, une contribution importante au maintien de la santé de la population. La vaccination annuelle contre la grippe de groupes à risque et la participation à la Journée nationale de vaccination contre la grippe en sont des bons exemples. La Journée nationale de vaccination contre la grippe est une offre à bas seuil pour toutes celles et ceux voulant se protéger contre la grippe saisonnière. Ce jour-là, il est possible de se faire vacciner sans rendez-vous dans de nombreux cabinets médicaux, pour un prix indicatif de 25 francs. C’est l’occasion de rappeler qu’il est temps de se faire vacciner contre la grippe. Cette journée de prévention médicale est organisée, chaque automne depuis 2004 par le Collège de médecine de premier recours au nom de toutes les organisations de médecins de famille et avec le soutien de l’OFSP.  

Au-delà des groupes à risque
Contrairement à la majorité des autres maladies virales causant des refroidissements, une «vraie grippe» (influenza) peut conduire à  un tableau clinique grave. Le risque de complications est accru pour les personnes âgées (à partir de 65 ans), les enfants et les adultes souffrant de maladies chroniques, les prématurés et les femmes enceintes. La vaccination annuelle contre la grippe en automne leur est fortement recommandée, tout comme aux personnes qui, au sein de leur famille ou dans le cadre de leur activité professionnelle, sont en contact régulier avec des personnes à risque ou avec des nourrissons. Ces personnes ont souvent l’occasion de se faire vacciner contre la grippe lors d’une consultation médicale ou sur leur lieu de travail. Les autres personnes intéressées par une vaccination, désireuses de se protéger elles-mêmes ainsi que leur entourage, ont en revanche peu d’occasions de le faire. La Journée nationale de vaccination contre la grippe permet aux médecins de famille d’offrir un accès simplifié à la vaccination contre la grippe.  

43’000 doses supplémentaires de vaccin
La Journée nationale de vaccination contre la grippe s’est désormais établie dans les consciences. En 2009, deux tiers de la population et une grande partie des médecins la connaissaient. Bien qu’en pratique les médecins de famille ont déjà vacciné une grande partie de leurs patient-e-s présentant un risque  accru de complications au cours des semaines précédant la journée nationale, quelque 57% de tous les médecins de premier recours de médecine générale (SSMG) et de médecine interne (SSMI), ainsi que 12% des pédiatres y ont activement pris part. Ce jour-là, les médecins de famille participants ont délivré environ 43’000 doses de vaccin supplémentaires. L’écho relativement important et l’intérêt médiatique contribuent, selon des enquêtes, à ce que de nombreuses personnes se fassent vacciner contre la grippe, non seulement lors de la journée nationale, mais aussi avant et après.

Prochaine Journée nationale de vaccination contre la grippe: vendredi 2 novembre 2012

es adresses des cabinets médicaux participants sont disponibles dè s l’automne sous www.kollegium.ch/grippe/f. Le prix indicatif de la vaccination est de 25 francs. Les caisses-maladie remboursent les personnes à risque accru de complications.

Links

Contact

Maria Schabel et Andreas Birrer, Section Systèmes de déclaration sentinella@bag.admin.ch

Tobias Eckert, Section Programmes de Vaccinations et mesures de contrôle, tobias.eckert@bag.admin.ch

Nach oben