12.10.2015 Observer et éviter les crises

Intervention précoce. C’est en 2006 que l’Office fédéral de la santé publique a lancé le premier programme d’intervention précoce (IP) dans les écoles et dans les communes suisses. Qu’entend-on précisément par IP et quelles sont les expériences après dix ans? Portrait d’une approche de prévention.

Photos Observer et éviter les crises

TODO CHRISTIAN

Les derniers chiffres du monitorage suisse des addictions le montrent: les adolescents et les jeunes adultes dominent les statistiques en termes de consommation à risque d’alcool et de cannabis. Leur tabagisme est aussi très important. Le fait de s’enivrer ponctuellement et celui de fumer traduisent-ils une envie d’expérimenter typique de cette classe d’âge ou un comportement qui tend déjà à la dépendance? Suffit-il d’aborder la question avec le jeune ou est-il nécessaire de mobiliser une aide professionnelle? Ces questions et d’autres sont au cœur de l’approche préventive de l’intervention précoce (IP) dont le groupe cible principal sont les enfants et les adolescents.

  Identifier les risques, encourager les ressources

Anticiper et prévenir un problème d’addiction émergent est un objectif important d’IP, mais pas le seul. Les agressions, le harcèlement, les troubles du développement, le surmenage et les problèmes psychiques et sociaux que connaissent les jeunes sont également dans la ligne de mire d’IP. Une intervention ne se polarise pas uniquement sur le problème du jeune concerné mais fait également appel à ses ressources, personnelles ou dans son environnement, qu’IP s’attache à identifier et à renforcer. Cette  approche veut soutenir les jeunes et ne doit en aucun cas se voir détournée en une mesure disciplinaire coercitive.  

  Prévenir les problèmes graves

L’idée qui sous-tend IP est simple: plus un comportement potentiellement problématique est détecté précocement et des mesures sont prises pour stabiliser la situation, plus les chances sont grandes d’éviter une évolution dramatique des risques. L’IP a pour principal objectif de donner aux parents, aux personnes de référence dans l’éducation comme les enseignants, les animateurs socioculturels ou les entraîneurs sportifs, les moyens nécessaires pour qu’ils puissent agir efficacement en cas de vulnérabilité. L’IP doit avant tout préserver les enfants et les jeunes de problèmes de santé et sociaux et de comportements problématiques. L’IP respecte le bien-être de la personne et se tient au principe de proportionnalité. Car tout problème ne doit pas donner lieu à une intervention; les périodes de crise font partie du processus de développement normal chez les enfants et les jeunes.   

   Entre prévention et intervention de crise

L’IP a sa place entre la prévention (primaire) et l’intervention de crise ou l’accompagnement spécialisé et la thérapie. Les intersections entre ces trois niveaux d’intervention restent mobiles. Il appartient aux parents et aux personnes de référence dans l’éducation d’établir une relation dynamique et constructive soutenant les enfants ou les jeunes et, le cas échéant, de mobiliser précocement les spécialistes et les services compétents. Les diagnostics, la prise en charge, la thérapie, les mesures éducatives ou judiciaires restent strictement le fait des spécialistes et des autorités compétentes. L’objectif est d’apporter le meilleur soutien possible aux jeunes dans leur développement et de décharger les personnes de référence.

  Zoom sur les écoles et les communes

Depuis 2006, la Fondation Suisse pour la santé RADIX met en œuvre, sur mandat de l’Office fédéral de la santé publique, le projet IP dans les écoles et les communes. Ces deux settings sont prédestinés dans la mesure où les enfants et les jeunes y passent une partie significative de leur vie. À ce jour, des projets ont été réalisés et des expériences réunies dans 67 écoles et 64 communes. L’objectif de ces projets est de développer une attitude d’observation et d’intervention ainsi que des structures, des processus et des instruments, qui permettent une gestion à long terme d’IP. Le «policy cycle» pour les projets IP dans les communes et les protocoles d’intervention pour les écoles se sont révélés être des supports précieux dans les démarches IP:  

«Policy Cycle» pour les communes

Le Policy Cycle sert à planifier et à mettre en œuvre des mesures IP dans des communes et s’articule en six étapes:

1.     Mise à l’agenda politique de la planification et de la mise en œuvre de mesures d’IP; prise de décisions en ce sens
2.     Mise en place d’un groupe de travail représentatif et légitimé; soutien à ce groupe
3.     Analyse de la situation / Formulation des besoins
4.     Planification et priorisation des mesures
5.     Mise en œuvre du plan de mesures
6.     Pérennisation et évaluation.  

La collaboration de personnes clés, responsables politiques, représentants de l’administration, des écoles, de la police, des parents et des compétences spécialisées est formalisée.  

Protocoles d’intervention pour les écoles

Dans les écoles, les protocoles d’intervention à plusieurs paliers ont démontré leur efficacité en donnant à tous les intervenants le cadre nécessaire pour gérer une démarche IP. Ci-après un exemple à six niveaux:  

1.     Observer, identifier, documenter, partager
2.     Dialoguer avec l’élève
3.     Impliquer les parents / l’autorité parentale
4.     Mobiliser des ressources internes à l’école (p. ex.travail social scolaire)

5.     Mobiliser des ressources externes à l’école (p. ex. services spécialisés)
6.     Annoncer la vulnérabilité, prendre des mesures habituelles ou extraordinaires.  

Les principaux facteurs de réussite d’une démarche IP sont également:

·       Une concertation régulière au sein du collège des maîtres mais aussi des répondants pédagogiques, du travail social scolaire et du psychologue scolaire
·       De bonnes connaissances des signaux d’alerte ·       L’adoption d’une posture commune du personnel scolaire, y compris le personnel d’entretien. 
Une démarche IP sera d’autant plus efficace si les écoles et les communes développent une approche pédagogique et organisationnelle commune et renforcent la mise en réseau des projets d’IP de qualité.    

  Projets formellement achevés

Début février 2015, la dernière étape officielle du projet conduit par RADIX avec sept écoles participantes a été formellement achevée. Les projets IP initiés sont toutefois poursuivis par les directions de projet créées sur place. RADIX reste à disposition comme plate-forme d’échange.

 

Brochure IP

La nouvelle brochure «Intervention précoce dans les écoles et les communes – l’essentiel» (PDF) contient, sous forme condensée, des informations de base sur l’IP, des références, des exemples pratiques et des informations plus poussées. Elle s’adresse aux intervenants, aux chargés de projets et aux responsables politiques et administratifs. Rédigée par la Fondation suisse pour la santé RADIX, la brochure de 8 pages est disponible gratuitement en ligne en D/F.   

La version papier peut être commandée auprès de info-zh@radix.ch ou au 044 360 41 00

Contact

Contact: Salomé Steinle, section Drogues, salome.steinle@bag.admin.ch

Nach oben