16.02.2015 Derrière la campagne «SmokeFree»: une vaste alliance pour la prévention du tabagisme

Campagne de prévention du tabagisme «SmokeFree». En Suisse, une personne sur quatre fume encore. La nouvelle édition de la campagne de sensibilisation à grande échelle «SmokeFree», menée par la Confédération et ses partenaires (cantons et ONG), entend motiver les fumeuses et les fumeurs à opter pour une vie sans tabac. La campagne est l’une des mesures du programme national tabac (PNT) et doit contribuer, dans les trois années à venir, à renforcer la norme sociale de la vie sans tabac.

Campagne SmokeFree 2015

Photos Derrière la campagne «SmokeFree»: une vaste alliance pour la prévention du tabagisme

TODO CHRISTIAN

Campagne SmokeFree 2015

Campagne SmokeFree 2015

Photos Derrière la campagne «SmokeFree»: une vaste alliance pour la prévention du tabagisme

TODO CHRISTIAN

Campagne SmokeFree 2015

Photos

Le tabagisme fait parler de lui. Au café, dans le monde politique, et à présent également dans la campagne de prévention du tabagisme «SmokeFree». Beaucoup de fumeurs souhaitent arrêter, mais il s’agit encore pour eux d’un projet flou, difficile à concrétiser. La campagne entend sensibiliser les fumeurs aux dangers du tabagisme par des affiches ,des annonces et des spots TV montrant des têtes entourées de nuages (voir images). Elle attire également leur attention sur les aides à leur disposition – par exemple la ligne stop-tabac au 0848 000 181. Car, si plus de la moitié des fumeurs déclarent vouloir arrêter (ils n’étaient encore que 41,4% en 2011, et déjà 50,2% en 2013), ils manquent souvent de volonté pour concrétiser leur projet. Aussi des mesures concrètes leur sont-elles proposées pour les aider à surmonter leur sentiment d’impuissance et renforcer leur motivation. La campagne encourage et assiste les fumeurs qui souhaitent arrêter et leur entourage. Son message clé: «La vie sans tabac, c’est la liberté. Tu peux y arriver. Fais le premier pas et nous serons là pour t’aider.» Les fumeurs peuvent demander de l’aide pour arrêter s’ils en éprouvent le besoin. Car l’arrêt du tabac a plus de chance de réussir s’il est accompagné par des spécialistes.

Objectifs de la prévention suisse du tabagisme
La politique suisse de prévention du tabagisme a déjà porté ses fruits. En 2007, 29% des Suisses fumaient. Après avoir connu une baisse rapide, cette proportion stagne depuis 2008 à environ 25%. L’objectif du programme national tabac (PNT) est d’obtenir une nouvelle baisse pour atteindre 23% en 2016. Car, en termes de politique de santé publique, une proportion de 25% de fumeurs est encore trop élevée. Le tabagisme est la première cause de mortalité évitable et tue chaque année environ 9000 personnes en Suisse. Au-delà de la souffrance humaine, ce fléau coûte aussi à l’économie nationale: les frais des traitements médicaux s’élèvent à 1,2 milliard de francs, et les coûts des pertes de gain, à 3,8 milliards de francs.

Efficacité des mesures structurelles
Pour être efficace, la prévention du tabagisme doit associer différentes mesures, qui se renforcent mutuellement. Le PNT combine des mesures de prévention comportementale et des mesures structurelles. La loi fédérale sur la protection contre le tabagisme passif offre un bon exemple de l’efficacité de cette combinaison de mesures interconnectées. Les campagnes de prévention des années 2001 à 2009 ont mis le thème du tabac et de la protection contre le tabagisme passif au cœur d’un débat public qui a déclenché un processus de mutation sociétale. Grâce à la sensibilisation de la population à cette problématique, l’acceptation des mesures structurelles de prévention s’est accrue. Après l’introduction de la loi fédérale sur la protection contre le tabagisme passif en 2010, la proportion de personnes exposées à la fumée des autres a connu une baisse marquée: de 35% en 2002, elle est passée à environ 6% en 2013. Dans le domaine de la protection de la jeunesse, les mesures réglementaires, comme la loi sur les produits du tabac en préparation, devraient également porter leurs fruits. L’une des stratégies les plus prometteuses consiste à décourager les jeunes de se mettre à fumer. En effet, 57% des fumeurs ont commencé avant leur dix-huitième anniversaire.  
La campagne «SmokeFree» est une mesure qui s’inscrit dans le cadre du PNT. Le plafond des coûts pour l’ensemble du projet s’élève à neuf millions de francs, à mettre en rapport avec les coûts annuels du tabagisme pour l’économie, qui se montent à cinq milliards de francs. Les coûts de campagne englobent le développement et la réalisation de cette dernière, les trois années que durera la campagne dans les médias de masse (télévision, affiches, imprimés, Internet), deux vastes projets partiels réalisés avec des partenaires, ainsi que les coûts de l’analyse scientifique et de l’évaluation de la campagne.
 
«Je suis plus fort / Je suis plus forte. SmokeFree»
La campagne «SmokeFree» offre une structure faîtière pour toutes les activités de prévention du tabagisme en Suisse. L’identité visuelle unifiée, avec la cigarette cassée et le slogan «Je suis plus fort. / Jes suis plus forte.», souligne les objectifs de prévention communs. La campagne «SmokeFree» s’appuie sur une vaste alliance de partenaires actifs dans la lutte contre le tabagisme. La stratégie de campagne a été développée et mise en œuvre par un groupe de pilotage, composé à parts égales de représentants de l’Office fédéral de la santé publique, des cantons et des ONG. Tous les acteurs de la prévention du tabagisme ont la possibilité de s’impliquer activement dans la campagne, dans le cadre de partenariats et de sous-projets. L’identité visuelle unifiée de la campagne vient appuyer les multiples activités des intervenants. L’implication de tous ces acteurs permet de cibler des besoins très divers. En retour, la campagne tire parti, dans son développement et sa mise en œuvre, de la contribution directe de partenaires professionnels.

Une campagne en trois phases
La campagne s’articule en trois phases successives, mettant l’accent sur l’interpellation individuelle et la motivation, puis sur l’apprentissage social, et enfin sur la consolidation normative:

Phase 1 (2015): à son lancement, la campagne cherchera en priorité à susciter l’attention et à transmettre des connaissances. Concrètement, au cours de la première année, il s’agira de mettre en garde contre la nocivité du tabac, tout en diffusant des informations sur les offres d’aide. Dans sa première phase, la campagne s’adressera donc principalement aux fumeurs.

Phase 2 (2016): au cours de la deuxième année, le ciblage de la campagne faîtière se déplacera en direction de l’environnement social. Il sera question de la planification concrète de l’arrêt du tabagisme, pour renforcer et élargir l’acceptation de la prévention du tabagisme. L’influence essentielle de l’apprentissage social sera au cœur du processus: des modèles positifs (par exemple des anciens fumeurs) et l’entourage des fumeurs seront mis à contribution dans le travail de persuasion.

Phase 3 (2017): dans la dernière phase, l’accent se déplacera encore davantage vers le plan sociétal. La campagne faîtière visera dans sa troisième année la consolidation et la promotion du concept culturel de la «vie sans tabac». Cette vision positive sera renforcée et normalisée. La troisième phase s’adressera plus particulièrement aux non-fumeurs et aux anciens fumeurs.

Par la sensibilisation du grand public, la campagne entend renforcer la norme sociale de la vie sans tabac et encourager les fumeurs dans leurs processus d’arrêt. L’environnement familial et social doit lui aussi être encouragé dans son rôle de médiateur. «Il s’agit de motiver et d’impliquer les personnes concernées et leur entourage», explique Thomas Beutler, de l’Association suisse pour la prévention du tabagisme, membre du groupe de pilotage en tant que représentant des ONG.

Des projets multiples, une campagne commune
Cette campagne en partenariat offre une identité visuelle unifiée pour les actions de prévention et associe le programme national tabac à la multitude d’activités des partenaires dans toute la Suisse. Deux grands sous-projets doivent porter les messages de la campagne au plus près des personnes cibles et les interpeller dans leur quotidien. Dans une volonté de rassemblement de toutes les forces, tous les acteurs de la prévention sont invités à associer leurs propres projets à la campagne «SmokeFree». Les organisations partenaires disposeront de plusieurs options de participation active: elles pourront par exemple commander et utiliser du matériel de campagne, mettre en œuvre un projet partenaire ou collaborer étroitement à un sous-projet.  

«Fumer fait vieillir prématurement.»
Dans la première phase de la campagne, à partir du printemps 2015, les messages s’adresseront aux fumeurs et à leurs proches. En partant des conséquences négatives du tabagisme, on cherchera à renforcer la volonté d’arrêt du tabac, tout en informant sur les offres d’aide disponibles. Deux spots TV seront au centre de la campagne, car ce canal permet de toucher un public très large. L’un des nouveaux spots thématisera, sous forme de clin d’œil, le vieillissement prématuré dû au tabac: la collègue dont on fête l’anniversaire au bureau n’a pas 43, mais seulement ... 34 ans. L’autre spot TV mettra en avant la moins bonne condition physique des fumeurs: un groupe de cyclistes en balade, avec le fumeur loin derrière, à bout de souffle. Dans la première phase, les affiches et les annonces figureront des personnes qui souhaitent arrêter de fumer – la tête entourée d’un nuage. Le message sera: «Antonio arrête de fumer. Vous aussi, vous pouvez le faire.». Au cours de la deuxième phase, le visuel du nuage de fumée et le message évolueront: «Antonio arrêté de fumer Vous aussi, vous pouvez le faire.»

Programme national tabac 2008 à 2016

Mission: réduire le nombre de cas de maladie et de décès dus au tabagisme en Suisse.

Objectif prioritaire 1: la proportion de fumeurs dans la population résidante en Suisse diminue de 20% et passe de 29% (en 2007) à environ 23%.
Objectif prioritaire 2: la proportion de fumeurs parmi les 15 à 19 ans diminue de 20% et passe de 24% (en 2007) à moins de 20%.
Objectif prioritaire 3: la proportion de personnes qui sont exposées à la fumée des autres (tabagisme passif) pendant sept heures ou plus par semaine diminue de 80% et passe de 27% (en 2006) à environ 5%.

Objectifs stratégiques dans le domaine d’action «Information et sensibilisation de l’opinion»:
Objectif stratégique 1: dans la vie en communauté, ne pas fumer va de soi.
Objectif stratégique 2: la nocivité du tabac est mieux connue, et la prévention du tabagisme est davantage acceptée par la population et les milieux politiques.

«Le fruit d’une intense collaboration»

La campagne des partenaires est le fruit d’une intense collaboration entre les acteurs de la prévention du tabagisme. L’équipe de pilotage a participé activement à chaque étape de développement du projet. Les discussions ont été animées et constructives et toujours  orientées vers des décisions concrètes.
La campagne invite les fumeurs à considérer leur arrêt du tabac. Cette campagne gagnerait à pouvoir s’inscrire dans un cadre socio-politique qui limite véritablement l’entrée en consommation de nouveaux fumeurs. Ce n’est pas encore le cas, mais la future loi fédérale sur les produits du tabac (LPtab) devrait idéalement combler ce manque.

Myriam Pasche, CIPRET-Vaud (Centre d’information pour la prévention du tabagisme), déléguée des cantons dans le groupe de pilotage

Links

Contact

Adrian Kammer, responsable section Campagnes, adrian.kammer@bag.admin.ch

Nach oben