06.11.2019 Des informations contradictoires en l’absence de coordination

Le médecin dit « X », le pharmacien « Y » et l’infirmière « Z ». Les contradictions des professionnels de santé sèment le doute dans l’esprit des malades. Deux projets de recherche sont menés dans le cadre du programme de promotion « Interprofessionnalité dans le domaine de la santé » pour évaluer comment développer la collaboration en plaçant le patient au centre de celle-ci.

Photos Des informations contradictoires en l’absence de coordination

TODO CHRISTIAN

Des enquêtes prouvent qu’environ un adulte sur six a reçu des informations incompatibles de la part de différents professionnels de santé au cours des deux dernières années. Ces appréciations contradictoires – quant au diagnostic, aux décisions thérapeutiques ou aux comportements recommandés, p. ex. – sèment le doute et la confusion dans l’esprit des patients. Elles conduisent souvent à l’arrêt prématuré d’un traitement et ainsi à un résultat insatisfaisant.

Le programme de promotion « Interprofessionnalité dans le domaine de la santé » de l’Office fédéral de la santé publique comprend différents projets de recherche visant à établir des bases de connaissances pratiques afin d’améliorer la collaboration entre les différents groupes professionnels. Deux de ces projets intègrent explicitement le point de vue des patients, avec pour objectif d’évaluer les bénéfices que peut leur apporter une collaboration interprofessionnelle efficace.

À l’Université de Genève, une équipe de chercheurs dirigée par Marie-Paule Schneider Voirol s’intéresse aux malades chroniques qui sont traités par différents spécialistes et requièrent donc une plus grande coordination, mais représentent aussi un risque plus élevé de contradiction. À l’aide de questionnaires, les chercheurs travaillent actuellement à recenser de manière systématique la nature des contradictions les plus fréquentes et la façon dont les malades gèrent celles-ci. L’équipe formulera ensuite des recommandations à partir de ces données.

À l’Institut d’économie de la santé de Winterthour, rattaché à l’Université des sciences appliquées de Zurich (ZHAW), une équipe de chercheurs mène une enquête auprès de différents services de conseils aux patients localisés dans toute la Suisse concernant l’importance des appréciations contradictoires. Irene Kobler, collaboratrice scientifique impliquée dans le projet, indique : « Notre enquête a montré que les appréciations contradictoires sont un problème majeur. Il semble que ce sont le médecin de famille et le spécialiste qui se contredisent le plus souvent. » Ce projet est également encore dans sa phase de collecte de données. Les résultats et des recommandations concrètes seront disponibles l’année prochaine. 

Links

Contact

Cinzia Zeltner
section Développement professions de la santé

Nach oben