21.02.2019 En première ligne

La santé se construit au quotidien. Les chiffres relatifs à l’espérance de vie dans les communes suisses sont sans équivoque : les chances de vivre une longue vie sont élevées dans les communes et centres aisés, principalement urbains, comme Zurich, Berne, Bâle, Genève et les communes bordant les lacs. Dans les communes où elle est la plus élevée, l’espérance de vie atteint presque 83 ans. Elle est en revanche de 78 ans dans les localités de montagne et les communes plus pauvres, plutôt rurales. Tout le monde en Suisse n’a donc pas les mêmes chances de vivre longtemps et en jouissant en meilleure santé possible.

Photos En première ligne

TODO CHRISTIAN

Pascal Strupler Directeur Office fédéral de la santé publique

Les raisons de ces différences ne sont toutefois pas si évidentes. Les principaux responsables de ces divergences ne sont clairement pas la qualité des hôpitaux ni l’accès aux professionnels de santé, mais d’autres facteurs comme la formation, le revenu ou l’état civil. Les maladies psychiques, dont les addictions, sont plus fréquentes chez les personnes socialement défavorisées. Il n’est pas rare que ces individus vivent dans des zones d’habitation plus bruyantes, où l’air est plus pollué et les espaces verts moins présents. Le tabagisme est également plus important chez les personnes à faibles revenus. Les personnes qui vivent dans la pauvreté ou sont sans emploi ont tendance à être en moins bonne santé et à avoir une espérance de vie plus faible, mais présentent aussi un risque beaucoup plus élevé de maladie grave.

L’égalité des chances en matière de santé est pour nous une préoccupation majeure. Pour la promouvoir, l’OFSP travaille en collaboration avec d’autres offices fédéraux, car la santé ne se « construit » pas seulement dans le domaine sanitaire : elle dépend aussi de politiques d’autres secteurs. L’objectif est de permettre à toute la population de notre pays de mener au quotidien la vie la plus saine possible – que ce soit en famille à la maison, à l’école, au travail ou pendant les loisirs. Vue sous cet angle, la santé est donc une mission qui concerne presque tous les organes fédéraux. L’OFSP est prêt à soutenir ces derniers dans l’élaboration de solutions qui ont un impact positif sur la santé et à renforcer les coopérations existantes.

Notre objectif commun est d’améliorer la santé de la population et l’égalité des chances en matière de santé – en collaboration avec tous les acteurs qui peuvent avoir une influence dans ce domaine.

Contact

Pascal Strupler, Directeur Office fédéral de la santé publique

Nach oben