21.02.2019 Favoriser l’activité physique quotidienne grâce à des mesures d’aménagement du territoire

Croissance de la population, de la mobilité et des exigences en matière d’organisation du temps libre – tout cela a des répercussions sur le développement du territoire. Les « Projets-modèles pour un développement territorial durable » visent à améliorer la qualité de vie et à promouvoir la santé de l’être humain.

Photos Favoriser l’activité physique quotidienne grâce à des mesures d’aménagement du territoire

TODO CHRISTIAN

Projet-modèle de la région Sursee-Mittelland : organiser le développement territorial afin qu’il reste suffisamment d’espace pour l’activité physique.

Beaucoup de villes et villages suisses sont en perpétuelle extension et empiètent sur le paysage. Afin de stopper le mitage du territoire, les constructions se font de plus en plus denses. Pour autant, il faut que les villages et, surtout, les zones urbaines restent des lieux où il fait bon vivre ou soient même valorisés, notamment avec des espaces verts supplémentaires. Cela exige des approches innovantes et une collaboration interoffices et transfrontalière.

Depuis 2002, l’Office du développement territorial (ARE) mène des « Projets-modèles pour un développement territorial durable ». Lors de la phase 1 (2002-2007), l’accent a été mis sur la collaboration dans les agglomérations. La phase 2 (2007-2011) était axée sur des thèmes comme le tourisme durable ou les systèmes de compensation des avantages et des charges. Au cours de la phase 3 (2014-2018), la priorité a été donnée, entre autres, à l’aménagement d’espaces ouverts dans les agglomérations. Les Offices fédéraux des routes (OFROU), de la santé publique (OFSP), du sport (OFSPO) et du logement (OFL) ont donc été aussi impliqués dans les projets, une mobilité douce, le sport et l’activité physique étant des aspects importants pour parvenir à un développement intégré de l’espace ouvert. « Nous voulions dialoguer avec ces offices, car nous pensions que ces thèmes étaient importants pour la collaboration », précise Melanie Butterling, coordinatrice du programme « Projets-modèles pour un développement territorial durable ».

La phase 3 a été consacrée au développement d’espaces ouverts propices à l’activité physique et plus sûrs. L’OFSP recommande trois heures d’activité physique par jour chez les jeunes enfants, au moins une heure par jour chez les écoliers et les adolescents et deux heures et demie d’activité physique d’intensité modérée par semaine chez l’adulte, cette durée pouvant être divisée par deux si l’activité est intense.

Mais comment le développement du territoire permet-il d’accroître l’activité physique quotidienne tout en améliorant la sécurité dans les rues ? Les enfants doivent notamment pouvoir jouer dehors sans avoir pour cela à parcourir de trop longues distances. Si ce trajet est long, il doit au moins être aménagé de la manière la plus sûre possible. Au total, 31 projets-modèles de ce type ont été subventionnés à hauteur d’environ 3,4 millions de francs et mis en œuvre par des cantons, des communes, des entreprises, des associations professionnelles et d’autres acteurs régionaux.

Innovation et esprit pionnier
Les projets-modèles sont principalement des projets créatifs, parfois même expérimentaux, qui demandent de faire preuve d’innovation et d’un esprit pionnier. Tous ne sont pas réalisés à 100 % – leur planification et élaboration montrent cependant aux services et offices impliqués la forme que pourrait prendre la collaboration. Voici quelques exemples de projets-modèles de la phase 3.

Aire métropolitaine de Zurich : l’objectif dans la région pilote de Wil était de permettre à une large population d’accéder à des zones de détente en 15 minutes à pied ou à vélo en toute sécurité. Les responsables du projet souhaitaient ainsi réduire les déplacements motorisés pour les loisirs, améliorer la qualité de vie dans l’agglomération tout en favorisant l’activité physique et ainsi la bonne santé de la population. Des mesures permettant de mieux rejoindre les zones de détente de proximité par le réseau de voies cyclables et pédestres ont par ailleurs été élaborées. Dans la région pilote de Lucerne Est, on a essayé de concilier les intérêts de la mobilité piétonne et cycliste et ceux de la mobilité à vélo et de la protection de la nature pour créer des accès plus sûrs aux espaces de détente de proximité ainsi que des liaisons cyclables et pédestres attractives via la Rontal.

Des espaces propices aux activités physiques à Winterthour et Dübendorf : ce projet-modèle a permis de prendre en considération les besoins et les intérêts des usagers dans la planification du futur quartier Werk 1 situé dans l’ancienne zone industrielle de Sulzer. À l’appel des représentants du projet-modèle et du service des sports de Winterthour, la ville de Winterthour a aménagé un parcours de santé urbain. Il est totalement nouveau que l’activité physique et le sport soient des aspects clés dans la planification urbaine.

Sursee-Mittelland : ce projet-modèle a impliqué la collaboration de responsables de l’aménagement régional et local, du service de promotion de la santé du canton de Lucerne, de la ville de Sempach, de Pro Senectute Lucerne et de Mobilité piétonne suisse. Cela a permis d’intégrer des connaissances précieuses dans différents domaines, tels que les lignes directrices régionales relatives aux besoins des aînés, la gestion du sport de la région Sursee-Mittelland, la planification du réseau régional de voies cyclables et d’autres projets existants promouvant l’activité physique.

Lancement de la phase 4
2019 marque le début de la phase 4 des projets-modèles. La période 2020-2024 comprendra cinq axes thématiques : opportunités du numérique et prestations de base, développement régional intégré, le paysage en tant que valeur ajoutée, habitat et changement démographique, accès courts et quartiers favorisant l’activité physique. Surtout dans ce dernier axe, le sport et l’activité physique occuperont de nouveau le devant de la scène.

Contact

Fabienne Keller, section Promotion de la santé et prévention


Melanie Butterling, coordinatrice du programme projets-modèles pour un développement territorial durable, Office fédéral du développement territorial (ARE),
 

Nach oben