09.11.2018 La Confédération lance la campagne « Antibiotiques : quand il faut, comme il faut »

La stratégie nationale Antibiorésistance (StAR) a pour objectif principal de garantir l’efficacité des antibiotiques pour la santé humaine et animale, et de réduire les résistances à ces substances. Lancée en 2015 et mise en œuvre par la Confédération en collaboration avec des médecins, des pharmaciens, des vétérinaires et des agriculteurs, la stratégie StAR porte ses premiers fruits : le recours aux antibiotiques a été réduit de moitié en médecine vétérinaire, et des directives en matière de prescription harmonisées au plan national sont appliquées en médecine humaine. Avec une campagne d’information et un slogan « quand il faut, comme il faut », la Confédération souhaite sensibiliser encore davantage la population.

Photos La Confédération lance la campagne « Antibiotiques : quand il faut, comme il faut »

TODO CHRISTIAN

Photos La Confédération lance la campagne « Antibiotiques : quand il faut, comme il faut »

TODO CHRISTIAN

Photos La Confédération lance la campagne « Antibiotiques : quand il faut, comme il faut »

TODO CHRISTIAN

Photos La Confédération lance la campagne « Antibiotiques : quand il faut, comme il faut »

TODO CHRISTIAN

Le développement des antibiotiques constitue l’une des plus grandes avancées de la médecine moderne. Grâce à ces médicaments, il est possible de traiter des pathologies graves, comme la pneumonie ou la septicémie, dont l’issue se révélait auparavant souvent fatale. Leur utilisation excessive ou inappropriée entraîne cependant une résistance des bactéries et une perte de leur efficacité. Ce qui accroît le risque que certaines infections développées par les hommes ou les animaux deviennent difficiles, voire impossibles, à traiter.

L’engagement des experts ne suffit pas à lui seul pour garantir l’efficacité des antibiotiques : les patients ainsi que les éleveurs doivent également utiliser ces médicaments de manière responsable. Des enquêtes ont montré qu’il existe encore des lacunes à ce sujet au sein de la population. En lançant cette campagne à grande échelle, la Confédération entend donc informer sur l’importance des antibiotiques, sur les risques liés aux bactéries résistantes ainsi que sur l’utilisation correcte de ces médicaments dans les domaines humain et animal.

Prévue pour quatre ans, la campagne sera diffusée à l’échelle nationale via des spots TV, des affiches, de la publicité en ligne et un site Internet. Sous le slogan « Antibiotiques : quand il faut, comme il faut », des figures animées fournissent des informations concernant l’utilisation consciencieuse de ces médicaments et sur les conséquences que des bactéries devenues résistantes peuvent avoir pour l’homme, l’animal, l’agriculture et l’environnement.  

Stratégie nationale Antibiorésistance (StAR)

S’inscrivant dans la stratégie StAR lancée en 2015 par le Conseil fédéral, la campagne est mise en œuvre par les quatre offices fédéraux de la santé publique (OFSP), de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV), de l’agriculture (OFAG) et de l’environnement (OFEV) ainsi que par les acteurs concernés. 35 mesures ont déjà été réalisées avec d’importants progrès à la clé.

Grâce aux différentes dispositions prises ces dix dernières années, la quantité d’antibiotiques vendus en médecine vétérinaire a pu être réduite de moitié. Ainsi, la remise de certaines substances a diminué, et des guides thérapeutiques ainsi que du matériel d’information ont été élaborés. La prise de conscience des vétérinaires et des éleveurs, entamée ces dernières années, se poursuit. Un système d’information national visant à enregistrer les prescriptions d’antibiotiques (SI ABV) en médecine vétérinaire permettra progressivement, dès 2019, d’avoir une vue d’ensemble plus précise de l’utilisation de ces médicaments antibiotiques.

Dans le secteur agricole, les éleveurs de bétail sont également sensibilisés au problème. Conjointement avec les vétérinaires et les paysans, plusieurs branches ont lancé des programmes de prévention soutenus financièrement par l’OFAG, qui visent à améliorer la santé animale ; en effet, des animaux en bonne santé n’ont pas besoin d’antibiotiques. Ces efforts se traduisent par une baisse de l’utilisation des antibiotiques depuis 2008.

Dans le domaine humain, les sociétés de discipline médicale concernées ont formulé des directives en matière de prescription harmonisées, valables pour toute la Suisse. Le corps médical (médecins de famille et spécialistes) est invité à les appliquer lors des décisions thérapeutiques. Elles définissent à quel moment il faut utiliser des antibiotiques et comportent aussi des informations permettant de préciser le choix du médicament, son dosage ainsi que la durée du traitement. Une nouvelle plateforme en ligne donne en outre aux médecins une vue d’ensemble des données régionales les plus récentes sur la résistance (www.infect.info).

Le Swiss Antibiotic Resistance Report, qui paraît tous les deux ans, souligne que l’usage des antibiotiques rapporté à l’ensemble de la population a légèrement diminué par rapport à la précédente période sous revue. Dans les domaines ambulatoire et stationnaire, la consommation a baissé de respectivement 5 % et 10 %. Selon une étude réalisée auprès des médecins de famille, ces derniers ont prescrit des antibiotiques dans 29 consultations sur 1000 en 2017. C’est nettement moins que les 34 à 40 prescriptions (toujours sur un total de 1000 consultations) effectuées chaque année entre 2006 et 2013.

Des bactéries antibiorésistantes ont été détectées ici et là dans les eaux suisses. Si une partie s’y trouve à l’état naturel, l’autre y parvient par le biais des eaux usées déversées dans les lacs et les rivières. Les stations d’épuration éliminent aujourd’hui déjà jusqu’à 99 % de ces microorganismes. Certaines stations prévoient actuellement des étapes de traitement supplémentaires dans le but de réduire encore davantage ces organismes.

Afin d’informer les spécialistes et la population intéressée aux dangers liés à l’augmentation de l’antibiorésistance et de les sensibiliser davantage à l’importance d’utiliser les antibiotiques avec prudence, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) met sur pied, comme chaque année, la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques. En Suisse, différents acteurs organiseront, entre les 12 et 18 novembre 2018, des podiums de discussion, des formations continues, des visites d’entreprises ou des stands d’information (voir lien « star »).

« Ces personnages nous permettent d’introduire le sujet simplement »

Le coup d’envoi de la campagne sur les antibiotiques « Quand il faut, comme il faut » vient d’être donné. Lars Müller, chef de projet pour la campagne StaR, explique les objectifs visés par l’Office fédéral de la santé publique.


Pourquoi la campagne sur les antibiotiques « Quand il faut, comme il faut » est-elle nécessaire ?

Lorsque les antibiotiques ne sont pas utilisés de manière appropriée, les bactéries développent rapidement des résistances contre ces médicaments essentiels. Les résistances aux antibiotiques comptent aujourd’hui parmi les grands défis planétaires. Nous sommes tous concernés, car des antibiotiques efficaces sont indispensables pour garantir la bonne santé de l’être humain et de l’animal.

La campagne s’adresse en premier lieu à la population suisse. Quels objectifs espère-t-on ainsi atteindre au sein de ce groupe cible ?

La nouvelle campagne a deux objectifs : mieux faire comprendre à la population suisse l’importance de disposer d’antibiotiques efficaces et la valeur de ces derniers pour la santé publique et individuelle de l’être humain et de l’animal tout en sensibilisant au problème des résistances aux antibiotiques. Grâce à une information ouverte et transparente, cette campagne vise à approfondir les connaissances de la population et à favoriser une utilisation raisonnable des antibiotiques, ce qui devrait réduire le développement de résistances.


Les protagonistes de la campagne sont une grenouille, un chien, une taupe ainsi qu’un homme et une femme. Pourquoi a-t-on choisi ces personnages ?

Ces personnages nous permettent d’introduire le sujet de manière simple et sympathique auprès de toutes les couches de la population. D’une certaine manière, les protagonistes symbolisent aussi tous les secteurs concernés par l’antibiorésistance : le chien s’adresse aux détenteurs d’animaux domestiques, les êtres humains représentent le domaine de la médecine humaine, la taupe l’environnement agricole tandis que la grenouille incarne les questions environnementales. Mener cette campagne avec des personnages en pâte à modeler nous aide à transmettre nos messages avec une pointe d’humour, sans donner de leçons.    

Links

Contact


Office fédéral de la santé publique (OFSP), Communication, tél. 058 462 95 05 ou

Office fédéral de l’agriculture (OFAG), Communication,
tél. 058 462 81 28 ou

Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV), Service média, tél. 058 463 78 98 ou

Office fédéral de l’environnement (OFEV), Communication,
tél. 058 462 90 00 ou info@blw.admin.ch">data-scrambled="109,101,100,105,101,110,64,53,109,101,100,105,101,98,97,102,117,46,97,100,109,105,110,46,99,104">info@blw.admin.ch  

Nach oben