21.02.2019 La prévention du suicide est l’affaire de tous

Forum. Compliquer l’accès aux possibilités de suicide peut sauver la vie de beaucoup de personnes et est une mesure très efficace pour prévenir les suicides, car la plupart des personnes n’optent pas pour un autre mode de suicide lorsqu’une méthode donnée est rendue plus difficile. Un exemple impressionnant est la restriction de l’accès aux armes à feu, mais on peut aussi citer l’installation de balustrades ou de hauts filets sur les ponts. Toutefois, ces exemples montrent également que de telles interventions ne relèvent souvent pas de la politique de santé.

Photos La prévention du suicide est l’affaire de tous

TODO CHRISTIAN

Notre groupe de recherche a pu démontrer l’effet positif de la réforme Armée XXI sur les suicides par arme à feu en Suisse. La réforme de l’armée de 2003 a eu pour effet de diviser par deux les effectifs de l’armée et de renforcer les conditions permettant de conserver l’arme de l’armée après le service militaire. Le nombre d’armes militaires détenues par des hommes de 19 à 43 ans a ainsi nettement baissé (période de l’école de recrues et des cours de répétition). On a aussi constaté par la suite une baisse du nombre de suicides avec une arme de l’armée.

Nos recherches montrent que la baisse du nombre de suicides par arme à feu est exclusivement attribuable à la régression des suicides avec d’anciennes / des armes de l’armée. Seule une faible part des hommes jeunes (22 %) a eu recours à un autre mode de suicide. Le nombre de suicides avec d’autres types d’armes à feu n’a pas évolué de manière significative. Bien qu’elle n’ait jamais été planifiée en tant que telle, la réforme de l’armée a ainsi été la mesure la plus efficace pour prévenir les suicides en Suisse depuis la détoxification du gaz domestique à la fin des années 1960.

La plupart des personnes qui se suicident ne veulent pas mourir. Leur souffrance est cependant si grande – et leur raisonnement et leur ressenti des choses d’autant plus limités – qu’elles ne voient pas d’autre échappatoire. Dans la majorité des cas, les suicides empêchés n’aboutissent pas à un suicide ultérieurement. Une vaste étude a été menée aux États-Unis chez 515 individus qu’on avait retenus de sauter d’un pont. Dans les 26 années suivantes, seuls 5 % de ces personnes sont décédées par suicide. La plupart des personnes dont on empêche le suicide – en leur compliquant l’accès au suicide, p. ex. – reprennent donc ensuite goût à la vie.

Les suicides par arme à feu sont le deuxième type de suicide le plus fréquent en Suisse. Rares sont les autres pays européens où il est aussi facile de se procurer une arme à feu et aucun ne compte autant d’armes à feu chez des particuliers. En Suisse, le taux de suicide par arme à feu est environ trois fois plus élevé que la moyenne de tous les autres pays européens. Bien souvent, un suicide par arme à feu est commis sans avoir été beaucoup planifié. C’est pourquoi il est important d’accroître les obstacles pour accéder aux armes.

Contact

Professeur Thomas Reisch, directeur médical, Centre psychiatrique de Münsingen,

Nach oben