04.03.2019 Le COMO encourage l’activité physique

Le Bureau de coordination pour la mobilité durable (COMO) est placé sous la responsabilité de six offices fédéraux, dont l’OFSP. Dans de nombreux projets soutenus financièrement par le COMO, la promotion de la santé joue un rôle essentiel. Claudia Heer, responsable du bureau, a répondu à nos questions.

Claudia Heer, responsable du bureau de coordination pour la mobilité durable (COMO)

Photos Le COMO encourage l’activité physique

TODO CHRISTIAN

Claudia Heer, responsable du bureau de coordination pour la mobilité durable (COMO)

Quel est le lien entre le COMO et la santé ?

Claudia Heer : Le COMO recherche et soutient des projets en faveur de la mobilité durable. Nous promouvons les moyens de transports qui préservent l’environnement et les ressources et favorisent l’activité physique. Le vélo et la marche sont souvent la solution la plus rapide et la moins chère, en particulier pour des trajets de courte durée. Ils sont non seulement bons pour la planète et pour le porte-monnaie, mais aussi pour la santé.

Quels projets liés à la promotion de la santé soutenez-vous déjà ?

En ce moment, l’OFSP soutient, par exemple, par le biais du COMO, le projet « bike control safety », un module de sécurité à vélo pour les jeunes de 10 à 16 ans. Ce module complète l’offre déjà existante d’« école+vélo », qui promeut l’utilisation du vélo auprès des enfants et des adolescents. En outre, via le COMO, l’OFSP a soutenu l’instauration du système de location de vélos « Bikesharing Locarnese » et le développement du projet « Gestion de la mobilité dans les quartiers d’habitation (MOHA) ». Le projet MOHA conseille les gérances immobilières afin de favoriser des formes de mobilité durable telles que la marche et le vélo dans les quartiers résidentiels.

Jusqu’au 30 avril 2019, il est possible de vous soumettre des projets pour une « mobilité de loisirs durable ». Qu’entendez-vous exactement par là ?

Les loisirs sont de loin le principal motif de déplacement en Suisse. En 2015, ils représentaient 40 % des distances effectuées, dont deux tiers en voiture. Cela va de pair avec une consommation énergétique importante et des émissions de CO2 et de polluants.

Pour cette raison, nous cherchons de nouvelles solutions aussi écologiques et économes en énergie que possible, mais qui favorisent aussi la santé. Il pourrait, par exemple, s’agir de projets développant l’offre de loisirs de proximité, facilement atteignables à pied ou à vélo, ou incitant les touristes à adopter une mobilité durable et efficace. 

Qui peut soumettre des projets et quelles sont les exigences ?

Le COMO soutient des projets suisses provenant des pouvoirs publics, du secteur privé et de diverses associations. Le bureau assume un maximum de 40 % du coût total du projet, qui doit s’élever à 50 000 francs au moins. Ce financement de départ doit être absolument nécessaire à la mise en œuvre du projet et celui-ci doit ensuite pouvoir être concrétisé en l’espace de deux à trois ans.

Le Bureau de coordination pour la mobilité durable (COMO)

Deux fois par an, le COMO octroie une contribution de soutien à des projets visant de nouvelles approches innovantes en matière de mobilité durable. Le but est de réduire la consommation d’énergie et l’impact environnemental du trafic, ainsi que de promouvoir la santé de la population en l’incitant à bouger plus au quotidien.

Le COMO est placé sous la responsabilité des six offices fédéraux suivants : l’ARE, l’OFROU, l’OFEV, l’OFSP, l’OFT et l’OFEN. Le bureau dispose d’environ un million de francs par année pour soutenir des projets.

Le prochain délai pour soumettre un projet au COMO est le 30 avril 2019 : www.suisseenergie.ch

Links

Contact

Claudia Heer
responsable du bureau de coordination pour la mobilité durable (COMO)

Nach oben