02.05.2019 « A cette étape de vie, j’ai une impression de sérénité »

Interview avec Hildegarde Dayer. Durant toute l’année 2019, La division Prévention des maladies non transmissibles met en lumière des sujets autour du thème « vieillir en bonne santé ». spectra online donne la parole à plusieurs personnes qui nous font partager une tranche de vie et leurs impressions sur le sujet.

Hildegarde Dayer, 66 ans

Photos « A cette étape de vie, j’ai une impression de sérénité »

TODO CHRISTIAN

Hildegarde Dayer, 66 ans

Aujourd’hui, qu’est-ce qui vous paraît prioritaire dans la vie? 

H. Dayer: Je dirais la santé. Si on a la santé, tout le reste est possible !

Comment occupez-vous votre temps en tant que retraitée ? 

Je suis très active et j’ai la chance d’être en bonne santé. Chaque semaine, je consacre une journée à la pratique du sport au sein d’un groupe. Randonnée en été et raquette à neige en hiver. Je suis également mariée et l’heureuse grand-mère de 5 petits-enfants dont je m’occupe avec grand plaisir lorsque mes filles me le demandent.
Avec mon mari, nous aimons marcher, voyager, aller au théâtre, écouter de la musique, passer de bons moments en famille et entre amis. A notre âge, nous jouissons d’une énorme liberté dont nous sommes très reconnaissants.

Vous avez 66 ans, est-ce l’âge que vous ressentez physiquement ?

Je me sens parfaitement bien dans ma peau, physiquement comme psychiquement. Je dirais même que je me sens plus jeune dans la tête. A cette étape de vie, j’ai une impression de sérénité. Il y a moins de stress que lorsque j’étais dans la vie active, entre carrière et éduction des enfants. Maintenant, je peux profiter des petites choses de la vie. Vous savez, prendre le temps, boire un thé, lire un livre, acheter chez un producteur local, cuisiner juste pour le plaisir. Le temps est un luxe que j’apprécie.

Qu’est-ce qui vous donne votre énergie? 

Ce que j’aime faire me ressource et j’ai la chance de pouvoir organiser ma vie en fonction de mes envies et besoins. Et puis, je suis reconnaissante de la vie que nous avons construite avec mon mari. Nos filles, nos petits-enfants, nos amis, la santé qui est bonne. Nous avons beaucoup de chance. Lorsque nous avons pris notre retraite, nous sommes partis deux mois et demi sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle. C’est très inspirant de pouvoir mener à bien des projets comme celui-là. Mais nous n’avons pas besoin de remplir nos journées, l’aspect qualitatif prime.

Qu’est-ce qui est plus difficile avec l’âge ?

Certainement le fait de savoir que nous avons plus d’années derrière que devant nous. La peur de la maladie et de la dépendance, que ce soit pour l’autre ou pour soi.

Quels défis devez-vous apprendre à gérer ? 

Mon mari s’est fait poser une prothèse de hanche dernièrement, la deuxième en fait. Nous adaptons le programme. Au lieu de pratiquer la marche, il a des sessions à la piscine pour la rééducation. Cela fait partie des choses qui peuvent arriver à notre âge, mais tout se passe très bien. Lui aussi a toujours été très sportif et actif, c’est certainement un plus aujourd’hui.

Contact

Simone Buchmann
Division Prévention des maladies non transmissibles,

Nach oben