02.05.2019 « Je profite de chaque journée vécue dans de bonnes conditions »

Interview avec René Quennoz. Durant toute l’année 2019, La division Prévention des maladies non transmissibles met en lumière des sujets autour du thème « vieillir en bonne santé ». spectra online donne la parole à plusieurs personnes qui nous font partager une tranche de vie et leurs impressions sur le sujet.

René Quennoz, 73 ans

Photos « Je profite de chaque journée vécue dans de bonnes conditions »

TODO CHRISTIAN

René Quennoz, 73 ans

A cette étape de vie, quelle est la chose la plus importante à vos yeux?

R. Quennoz : La liberté d’action, pouvoir disposer de mon temps à ma guise. Mais évidemment, ceci va de pair avec une bonne santé.

Comment occupez-vous votre temps en tant que retraité ?

J’aime sortir, être à l’air. J’ai toujours été actif et je le suis resté à la retraite. Avec un ami proche, un autre « René » comme moi, nous faisons des courses de montagne et différentes sorties, nous sommes comme des frères, prêts à nous épauler en cas de besoin. J’aime le ski, la raquette à neige, les balades. Je pratique également le nordic walking. Avec ma femme, dont je suis très proche, nous sortons tous les jours. Nous aimons nous balader.

En dehors du sport, je suis bénévole à l’atelier-musée « encre&plomb ». Un lieu qui redonne vie à l’imprimerie des années 70, vous savez, quand le numérique n’existait pas. Nous sommes une vingtaine de retraités issus de ce monde. Mon premier métier était compositeur typographe, c’est un retour aux sources. Nous avons quelques travaux et surtout nous présentons l’atelier à des groupes sur demande. Cette activité me prend trois après-midi par mois.

Etre retraité, c’est aussi être plus libre. J’apprécie de pouvoir prendre le temps de lire le journal, de regarder les nouvelles le soir. C’est agréable d’avoir le temps.

Vous avez 73 ans, est-ce l’âge que vous ressentez physiquement ?

J’ai l’impression d’être plus jeune, disons 65 ans ! Avec les années, on se rend compte qu’il faut plus de temps pour faire les choses. Parfois on oublie un prénom. Dans l’ensemble, je me sens plutôt en forme.

Qu’est-ce qui vous donne votre énergie?

Chaque jour, je planifie une activité, c’est très important pour moi. Actuellement c’est un peu plus compliqué car j’ai subi une opération du genou. On m’a posé une prothèse, j’ai déjà passé par là avec l’autre genou il y a 4 ans. Avec ma femme, chaque semaine nous faisons notre programme et nous nous réjouissons de nos sorties. 

Qu’est-ce qui est plus difficile avec l’âge ?

Certainement les soucis de santé. Ma femme souffre de la maladie de Parkinson. Jusqu’à il y a 7-8 ans, elle était très active professionnellement. Cette maladie a donné un sérieux coup de frein à notre rythme de vie. Mais elle est très volontaire et nous partageons encore très beaux moments ensemble. Disons que, à partir de 60 ans le suivi médical est plus important. Il y a des petites choses qui apparaissent. J’ai eu un cancer de la prostate à 62 ans. A 70 ans on me l’a enlevée. Tout va bien maintenant et je dois dire que nous avons un environnement médical de premier ordre. Le système a un prix, mais la qualité des soins est haute de gamme. 

Quels défis devez-vous apprendre à gérer ?

Il faut s’adapter au temps qui passe et aux limites que le corps impose. Je profite de chaque journée vécue dans de bonnes conditions. C’est ça de pris. Si je faisais de grandes journées de ski auparavant, je peux très bien me contenter de la demi-journée. L’esprit de compétition n’existe plus. Je me sens serein.

Contact

Simone Buchmann
Division Prévention des maladies non transmissibles

Nach oben