23.10.2018 La planification anticipée concernant la santé est un processus de communication

Le Conseil fédéral a annoncé dans sa stratégie « Santé2020 » que le développement du système de santé devait se faire autour de la population et de ses besoins. Cela implique aussi la planification anticipée concernant la santé. Ce processus axé sur les besoins des patients vise à connaître les volontés de l’individu en cas de maladie grave ou d’urgence afin de pouvoir agir en conséquence. La qualité de la communication joue dans ce cadre un rôle essentiel.

Photos La planification anticipée concernant la santé est un processus de communication

TODO CHRISTIAN

Comment dois-je être traité(e) si je ne suis plus en mesure de prendre des décisions ? Qui doit décider pour moi lors-qu’il s’agit d’opter pour ou contre un traitement ? Quels directives et souhaits dois-je transmettre à cette personne ? Alors que s’assurer une couverture financière ou une protection d’assurance et régler des questions d’héritage sont des préoccupations relativement fréquentes de la population suisse, la planification anticipée concernant la santé reste souvent oubliée.

Il faut que cela change. Lors de ce processus de planification, des professionnels définissent d’abord avec l’individu concerné des valeurs, des attentes et des souhaits. Ces informations sont ensuite « traduites » en objectifs de traitement, décisions thérapeutiques et mesures connexes pour l’avenir. Les résultats de ce processus sont documentés, par exemple dans des directives anticipées clairement formulées. Le patient a ainsi la garantie que ces informations seront à tout moment disponibles et pourront être mises en œuvre. La planification anticipée concernant la santé est un processus de communication actif entre la personne concernée, ses proches  et les professionnels de santé. Comme le montre une enquête menée auprès de la population menée sur mandat de l’OFSP, elle répond à un besoin de l’individu.

Cadre général comme base

Lancé par l’OFSP en 2015, le projet « Soins coordonnés » a marqué le point de départ des travaux autour de la planification anticipée concernant la santé. Il vise à renforcer l’autodétermination des patients pour que le traitement et la  prise en charge puissent être mieux coordonnés en fonction de leurs besoins. Cela passe par une meilleure planification anticipée concernant la santé. L’OFSP a donc confié cette question à un groupe de travail sous l’égide de l’association palliativech. Ce groupe de travail a élaboré un concept général qui a été publié en avril 2018 et comprend des définitions de base et des recommandations pour une application concrète dans les soins de santé en Suisse. La qualité de la communication de la personne concernée avec ses proches et les professionnels est un aspect important de ce concept.

Différents niveaux

Le concept général distingue trois ni- eaux de planification anticipée :
1. La planification en général («planning », en anglais) porte sur différents domaines de l’existence (p. ex. : mandat pour cause d’inaptitude, testament). La planification anticipée concernant la santé est fondée sur la réflexion et la discussion autour des valeurs et préférences de l’individu.
2. La planification de la prise en charge en lien avec une maladie particulière (« care planning ») est un processus continu et structuré entre la personne concernée, ses proches et les professionnels pour définir et documenter les souhaits individuels de la personne concernée en matière de traitement. L’objectif est de définir des tableaux cliniques ou des situations pathologiques concrets et des plans de traitement et de prise en charge, notamment pour des soins palliatifs d’urgence.
3. Le plan anticipé des soins (« advance care planning ») vise à aborder avant tout l’incapacité de discernement, ainsi que les mesures de maintien en vie et les traitements spécifiques souhaités. Les volontés du patient sont traduites en consignes médicales claires et documentées sous la forme de directives anticipées et d’instructions médicales pour les cas d’urgence, par exemple.

Rôle central de la communication

En fin de compte, la planification anticipée concernant la santé vise finalement à concilier les attentes et souhaits individuels de la personne concernée avec les possibilités et les limites de la médecine fondée sur les preuves. La compétence clé pour y parvenir est une communication d’égal à égal entre la personne concernée et le professionnel, fondée sur la confiance et une prise de décision participative (« shared decision making »).
La planification anticipée concernant la santé renforce l’autodétermination du patient. Des procédures et responsabilités claires sont définies en prévision de complications ou de situations d’urgence. Ce processus contribue ainsi de manière importante à une meilleure adaptation dessoins de santé aux besoins des patients.

Projet « Soins coordonnés »

L’un des objectifs de la stratégie « Santé2020 » du Conseil fédéral est d’améliorer les soins coordonnés en augmentant la qualité de la prise en charge et en évitant les frais inutiles. La priorité est accordée aux patients atteints de maladies chroniques ou polymorbides et à ceux qui souffrent à la fois de troubles psychiques et d’une affection physique. Les structures, processus et offres doivent être optimisés pour mieux répondre aux besoins de ces patients.

Links

Contact

Lea von Wartburg, section Politique nationale de la santé 

Nach oben