26.02.2020 La sécurité doit être renforcée à tous les niveaux

Quand on vient se faire soigner à l’hôpital, on a confiance dans le fait qu’il s’agit d’un lieu sûr que l’on quittera en meilleure santé et, surtout, sans dommage. Mais la réalité est parfois bien différente : environ une personne sur dix est victime d’un événement indésirable pendant son hospitalisation. Il s’agit notamment d’une erreur de médication ou d’une infection nosocomiale. La moitié de ces événements serait évitable.

Photos La sécurité doit être renforcée à tous les niveaux

TODO CHRISTIAN

Le problème vient souvent du fait que de nombreux hôpitaux n’appliquent pas assez strictement les mesures de sécurité. La culture de la sécurité doit être davantage développée dans les hôpitaux suisses et englober toutes les spécialités et tous les échelons hiérarchiques. Les événements indésirables doivent par ailleurs être signalés systématiquement.

Le premier rapport national sur la qualité et la sécurité des patients au sein du système de santé suisse que nous avons publié récemment met aussi en lumière un besoin d’actions à d’autres niveaux. Par rapport à d’autres pays européens, la Suisse possède par exemple trop peu d’indicateurs pour mesurer la qualité et la sécurité. Les systèmes de surveillance actuels ne sont pas suffisants pour évaluer la qualité des soins dans notre pays.

Nous voulons des améliorations dans ce domaine et insister davantage sur la mise en œuvre des mesures. La révision partielle de la loi sur l’assurance-maladie qui a été adoptée par le Parlement fin juin 2019 nous offre les bases juridiques et les moyens financiers nécessaires pour y parvenir.

Mais la Confédération a déjà pris des initiatives. Des mesures concrètes sont actuellement appliquées dans le cadre des stratégies nationales NOSO et StAR pour réduire le nombre d’infections nosocomia­les et contrer le développement de résis­tances aux antibiotiques.

Nous réaffirmons par ailleurs notre engagement international en assurant l’organisation du cinquième Sommet minis­tériel mondial sur la sécurité des patients qui se déroulera à Montreux les 27 et 28 février 2020. Ce sommet permettra aux ministres de la santé de plusieurs dizaines de pays de rencontrer des experts reconnus au niveau international afin de débattre de l’application durable de pratiques qui ont fait leurs preuves et d’instruments permettant d’améliorer la sécurité des patients.

www.pss2020.ch

Note : En raison de l'épidémie de coronavirus, la réunion ministérielle a dû être annulée à brève échéance. Cliquez ici pour plus d'informations.

Contact

Pascal Strupler,
directeur de l’Office fédéral de la santé publique

Nach oben