07.05.2019 Prévention des chutes chez les personnes âgées – tous les acteurs doivent collaborer

Le projet « Prévention des chutes dans le domaine des soins » vise à améliorer la prévention des chutes chez les personnes âgées en impliquant l’ensemble des acteurs de la chaîne de prise en charge. L’objectif est que les professionnels détectent mieux le risque de chute chez les personnes âgées et agissent de manière préventive.

Photos Prévention des chutes chez les personnes âgées – tous les acteurs doivent collaborer

TODO CHRISTIAN

Les personnes atteintes d’une maladie chronique, en particulier lorsqu’elle sont multimorbides, tout comme celles ayant des antécédents de chute, présentent un risque de chute accru. À partir de 65 ans, les chutes ont souvent des répercussions importantes sur la santé. Chaque année, 86 000 blessures et plus de 1500 décès sont ainsi imputés à une chute. Si on inclut les frais d’hôpital, les frais de guérison et les coûts indirects, les coûts matériels sont énormes (1,7 milliards de francs).

Nouvelles mesures
La prévention des chutes consiste à identifier les patients à risque, à poser un diagnostic de manière adéquate et à prendre en charge la personne de manière adaptée, en fonction de chaque situation. Le projet « Prévention des chutes dans le domaine des soins » repose sur des approches nouvelles et éprouvées pour épargner les chutes à davantage de personnes encore. Des instruments, des structures et des processus sont développés en vue d’une meilleures intégration de la prévention dans domaine des soins.

•  Instruments : algorithmes pour le diagnostic, lignes directrices pour la prise en charge, outils de communication, etc.
•  Structures : réseaux permettant des échanges entre différents groupes professionnels, filières de formation proposant des formations interprofessionnelles, etc.
•  Processus : communication interprofessionnelle, etc.

Avec tous les acteurs
Le développement d’un réseau entre tous les professionnels des soins, des cabinets de premier recours, des pharmacies, de la physiothérapie, de l’ergothérapie et du conseil nutritionnel est essentiel. Les membres du consortium qui porte le projet sont à ce titre très divers : outre les cantons pilotes de Saint-Gall, de Berne, des Grisons et du Jura, le projet implique au total 30 partenaires dont Pro Senectute Suisse, le Bureau de prévention des accidents (bpa), la Croix-Rouge suisse, le réseau de soins et d’aide à domicile Spitex, la Ligue suisse contre le rhumatisme, pharmaSuisse et Sécurité des patients suisse.

« Par son approche interprofessionnelle, le projet contribue de manière importante à l’optimisation de la prise en charge intégrée des malades chroniques et des patients multimorbides », indique Andy Biedermann, directeur général du projet au sein de Public Health Services.

Lancé en janvier 2019, le projet devrait durer jusqu’à fin 2022. Les sous-projets pour une meilleure identification des patients à risque difficilement accessibles et pour une facilitation de l’accès aux hôpitaux, aux pharmacies et au corps médical sont particulièrement innovants. 

Links

Contact

Franziska Widmer Howald
Promotion Santé Suisse


Antoine Bonvin
section Prévention dans le domaine des soins


Andy Biedermann
Public Health Services

Nach oben